This post is also available in: English (Anglais) العربية (Arabe)

Mobiles to Prevent Fraud

Présentation de Leila Dal Santo de Souktel sur la façon d’utiliser la technologie mobile pour sauvegarder les élections à la FW: Tunisie # Electech Un / Conférence le 4 Mars, 2013

Par Leila Dal Santo, Chef de Projets communautaires chez Souktel

Comme le printemps arabe a fait place à des élections démocratiques en Tunisie, en Egypte et en Libye en 2011 et 2012, les électeurs jeunes et moins jeunes ont eu la chance de partager leurs points de vue sur le processus politique. C’était une période passionnante mais difficile pour les citoyens arabes: Comme de nombreux électeurs n’avaient jamais pris part aux élections, cela a soulevé une foule de questions: Quelles sont exactement les règles de vote? Où est mon bureau de vote le plus proche? Mais au milieu de cette incertitude, une vérité a sonné clair: un taux de pénétration des services mobiles près de 100% dans les trois pays, soit un taux de pénétration de 87,1% en Egypte, 171,5% en Libye, et 106% en Tunisie, les téléphones cellulaires ont un fort potentiel pour faire en sorte que ces élections historiques soient libres et équitables.

Depuis 2006, Souktel a tiré profit de la vitesse, la sécurité et la rentabilité des téléphones mobiles pour connecter les communautés aux informations vitales. Dans le cas des élections, notre travail a varié de sondages pré-électoraux, aux notifications via SMS le jour du scrutin, aux «sondages à la sortie» postélectoraux. Notre travail à travers le monde arabe nous a permis d’être sur le terrain pendant les votes les plus importants de la région. Voici un regard sur trois des campagnes les plus marquantes dans lesquelles nous avons été impliqués pendant les dernières années, et nos pensées sur certaines des meilleures pratiques clés qui ont émergé de ce travail.

De toute évidence, les élections de 2011 en Tunisie ont été un succès, avec les observateurs internationaux saluant le processus aussi équitable et précis grâce en partie à un numéro vert qui a permis aux citoyens de demander des questions reliées au vote et de signaler toute activité suspecte aux bureaux de vote par SMS. Créé par Souktel et mis en œuvre par l’Association du Barreau Tunisien (avec le soutien de par l’Association du Barreau Américain), ce service a été étendu à l’ensemble du pays le jour du scrutin, et a donné aux citoyens le pouvoir de mener des enquêtes liées au vote via un téléphone portable et par conséquent, favorisant la transparence et la participation électorale en temps réel. Si un électeur a une question avant de déposer son vote, ou assiste à des activités illégales perçues au bureau de vote, il ou elle peut envoyer instantanément un message texte à la hotline de surveillance. Les rapports SMS ont été dirigés vers une équipe d’avocats bénévoles de l’Association du Barreau Tunisien, qui avaient suivi de près les données entrantes via une plateforme web sur mesure. Ces derniers avaient alors vérifié les revendications, et avaient appelé les électeurs à confirmer les détails, afin de poursuivre les mesures de suivi en cas de besoin.

Lors d’un événement limité dans le temps comme le jour du scrutin tenu en une seule journée, des réponses rapides aux rapports des électeurs étaient cruciales. Pour s’assurer que les messages texte entrants ont été traités rapidement, Souktel a conçu la plate-forme logicielle de l’Association du Barreau Tunisien afin de permettre aux avocats individuels d’identifier et de réclamer les messages entrants par un mot-clé (par exemple «violence» ou «fraude»), puis marquez un cas comme fermé juste après qu’ils avaient répondu à la question de l’expéditeur. Cela a permis aux 80 avocats de traiter des milliers de rapports des électeurs dans quelques heures.

L’année suivante, en Juillet 2012, Souktel et Al Jazeera TV se sont associés pour déployer la campagne « la Libye Parle », un nouveau service mobile qui conférait aux électeurs de dire leur mot sur les élections historiques de ce pays comme elles se sont déroulées. Al Jazeera a envoyé des messages texte aux citoyens à travers le pays pour leur demander s’ils avaient prévu prendre part au vote, et la raison pour une telle décision. Plus de 5.000 libyens utilisateurs de téléphones mobiles ont été interrogés; des réponses en temps réel par SMS ont ensuite été cartographiées sur le site du réseau des news, et ce pour donner au public une image claire des opinions des communautés locales par région du pays. Le feedback des SMS était franc, et a révélé un large spectre d’opinions: «Non, je ne voterai pas », a réagi un participant à Tripoli. Pendant ce temps, Abdul Aziz, un électeur de Tobruq a envoyé un texto: « Certes, je participerai [aux élections]. J’espère que la sécurité et la liberté seront atteintes. « Pour de nombreux Libyens cette campagne a offert la première occasion véritable pour eux de partager leurs points de vue sur le vote dans un milieu sûr, une étape essentielle vers l’édification d’une société civile solide.

Des campagnes similaires ont été également mises en place en Égypte où Souktel a offert des services mobiles pour éduquer et autonomiser les femmes et les jeunes sur les droits de vote et le processus démocratique, y compris le lancement d’un modèle Tunisien de hotline pour signaler les incidents via SMS. Pour encourager la participation citoyenne au dialogue national et le processus électoral, les organisations partenaires basées sur la communauté ont également utilisé la plate-forme de Souktel pour envoyer des contenus éducatifs, des mises à jour en temps réel au cours de la campagne, et des enquêtes de sondages à des dizaines de milliers de femmes et de jeunes à travers l’Egypte.

Revenant sur ces trois campagnes mémorables, voici ce que nous avons appris:

Tout d’abord, la formation des partenaires locaux est cruciale: des orientations en personne pour le personnel de l’Association du Barreau Tunisien et les organismes communautaires à but non lucratif en Egypte a permis de s’assurer que ces partenaires ont eu une compréhension globale de tous les composants logiciels, bien avant les dates réelles de lancement de la campagne. Bien que le logiciel que nous créons est conçu pour tout le monde et est facile à utiliser, une pratique avancée est extrêmement utile, surtout dans des cas où chaque seconde compte, comme le jour du scrutin.

Une deuxième leçon essentielle est que les partenariats sont primordiaux: Assurer le soutien des partenaires de réseaux mobiles dans chaque pays est essentielle au succès de la campagne. La mise en place de lignes directes pour appeler ou pour envoyer des textos peut prendre des jours de coordination entre les réseaux mobiles et le personnel technique de Souktel. Lorsque les partenaires de réseaux mobiles comprennent les objectifs de la campagne, et sont investis dans son succès, le processus de test et de lancement est généralement beaucoup plus rapide et sans tracas.

Enfin, même avec une formation suffisante et d’excellents partenariats, le message lui-même est le plus essentiel, avec seulement 160 caractères en anglais, ou 70 caractères en arabe. La création d’alertes SMS claires et concises et des questions du sondage est un processus difficile mais essentiel. Dans les périodes sensibles comme les élections, les instructions pour les utilisateurs de services doivent être faciles à comprendre pour mieux autonomiser les communautés.

Alors que les premières élections ont pris fin en Libye, en Tunisie et en Egypte, le rôle des téléphones mobiles comme catalyseurs pour la promotion de la gouvernance démocratique et de faciliter la surveillance des élections commence juste à prendre de l’ampleur. Les services mobiles d’information des citoyens sont de plus en plus nombreux, et des outils de mappage des données utilisés par Ushahidi et MapBox sont de plus en plus sophistiqués, avec tous les nouveaux votes. Si la puissance de la technologie mobile est exploitée de façon productive, elle pourrait changer les règles du jeu dans les processus électoraux, assurant de nouveaux niveaux de transparence, de responsabilisation et de participation populaire.